Retour sur la campagne d’abonnement 2019

Alors que le 6ème et dernier colis n’est pas encore parti (ni même embouteillé) il est temps pour nous de faire un point sur cette première année d’abonnement. Cet article à autant vocation à mettre les choses au clair de notre coté que partager avec vous un bout de la vie de notre entreprise. Il va être sans doute un peu long, certainement un peu bordélique…mais si c’était simple nous ne serions pas là 😀

Parmi les aspects qui méritent quelques lignes je citerais :

  • la communauté
  • le contenu des boxes
  • la gestion des envois
  • la marge et la trésorerie.

Il y a des passerelles entre ces points et nous allons essayer de démêler tout cela ensemble!

La marge et la trésorerie

Nous allons évacuer l’aspect pognon de suite car c’est à la fois le moins intéressant et le nerf de la guerre comme on dit dans le bouchonnois.

Petit rappel pour les non-familiers avec ces termes. Le chiffre d’affaire c’est ce qu’on encaisse. Dans ce chiffre d’affaire il y a des charges (variables (matières premières, emballages,…), d’exploitation, de personnel, etc) et puis il y a ce qu’il reste : la marge. Il existe plusieurs marges selon les coûts que nous prenons en compte pour la calculer. Dans tous nos calculs de marge nous excluons nos salaires. Autrement dit : la marge dont nous parlons est ce qu’il nous reste pour nous payer et réinvestir. Et enfin il y a la trésorerie qui est l’argent dont on dispose à un instant T sur le compte et qui sert à payer les dépenses au jour le jour.

Maintenant remettons un peu de contexte. Le “deal” avec ces abonnements était qu’en échange d’un paiement en une fois de bières livrées tout au long de l’année, nous faisions une belle ristourne sur les bières. Ca c’est le point de vue du consommateur. De notre point de vue cela donne : en échange d’un avance de trésorerie nous baissons notre marge. C’est un deal plutôt honnête et finalement assez courant! Par exemple, un autre moyen d’avoir une avance de trésorerie serait d’emprunter de l’argent à la banque. Le prêt en question a un coût et ce coût vient diminuer la marge de l’entreprise. Mais elle a de l’argent sur son compte pour fonctionner.

De ce fait là, nous avions sortis nos plus beaux fichiers excel pour voir comment comprimer le prix de vente et ne pas perdre d’argent. Un an après nous pouvons constater que nous étions assez proche de la vérité puisque sur la partie externe (port + emballage) nous avons une erreur de 5€ sur la totalité de l’abonnement (6×12 ou 6×24) et qu’elle est dû à un changement de transporteur (pour des raisons de facilité de notre coté car il n’y a pas de dépôt UPS à proximité de la brasserie alors que c’était le transporteur le moins cher, sur lequel nous avions basé nos calculs). Du point de vue bière, sans savoir à l’avance ce que nous allions mettre dans les boites, nous nous retrouvons au centime prêt sur ce que nous avions prévu comme coût moyen de fabrication (hors salaire). Par contre nous n’avions aucun droit à l’erreur…

Et nous avons fait une erreur! En proposant une remise pendant le mois de décembre (un excès d’enthousiasme au lancement de l’opération? :D) nous avons fait passer toute l’opération dans le négatif : 131€HT de perte. Alors ce n’est pas grand chose et cela ne met pas en péril la brasserie. Mais sur un aspect purement financier un emprunt bancaire aurait été plus rentable (cout équivalent mais beaucoup moins d’heure de travail). Le but n’est pas de faire pleurer dans les chaumière hein! Cela fait parti de la vie d’un entrepreneur de faire des choix, et parfois on se goure. Mais c’est ce que nous aimons (faire des choix, pas se gourer :D)!

Donc si nous devions faire un bilan purement comptable il serait négatif. Cependant, comme nous ne sommes ni au gouvernement ni dans les arcanes d’une assemblée quelconque nous ne nous satisferons pas du seul bilan “froid”. Il y a l’intangible : la communication que cela génère, les rencontres et/ou discussions que nous pouvons avoir avec les abonnés, les feedbacks qui font chaud au coeur, etc. Et tout ce que cette première campagne a généré vient équilibrer tout ça, de sorte qu’on ne sort pas blasé de l’ histoire. Par contre si nous repartons pour un an nous augmenterons forcement un peu le prix des abonnements, ne serait-ce que par rapport à la charge de travail supplémentaire que demande la gestion des envois.

La gestion des envois

Ca a été le point un peu sous estimé de l’histoire. Aussi bien d’un point de vue financier comme nous avons pu le voir que d’un point de vue temps passé à gérer un truc complètement inintéressant.

A chaque envoi il y avait plusieurs phases plus ou moins longues et plus ou moins chiantes :

  • déterminer le contenu de la boite
  • monter et remplir toute les boites
  • collecter les points de livraison et imprimer les bons d’expéditions
  • déposer les colis au point relais au fur et à mesure que les adresses nous reviennent
  • gérer les merdes d’expéditions (1 à 2 colis perdus/cassés/non récupérés par le destinataire par envoi).

Bon il y avait des trucs dont nous nous doutions mais la gestion des problèmes a été beaucoup plus pénible que ce qu’on avait pu imaginer. En fait nous n’en avions aucune idée mais cela s’est révélé être super chiant et je ne crois pas que nous puissions y faire grand chose. Le choix d’utiliser boxtal plutôt que de bosser en direct avec un transporteur rajoute sans doute une couche de merde sur l’ensemble. C’est un point que nous changerons sans doute pour 2020 : choisir un transporteur pour l’année et bosser en direct de son interface pour gérer les envois et les problèmes plutôt que d’avoir un intermédiaire. Si le transporteur le permet, nous proposerons le choix entre un envoi à domicile ou un dépôt en point relais. Mais globalement ce système de point relais n’a pas été un problème pour les abonnés 2019!

La fréquence des envois nous à aussi mis une pression dont nous nous serions passé et ce point devra aussi évoluer pour la prochaine campagne. Nous avions annoncé un calendrier des envois, couplé avec une contrainte de variété : envoyer au moins une bouteille de toutes les bières que nous produirions en 2019, avec minimum 4 bières différentes, pour des envois en février/avril/juin/septembre/novembre/décembre. Alors nous avons tenu les 2 premiers points mais par contre cela ne colle pas du tout au planning. Et je pense que cela a généré de la frustration des deux cotés : chez nos abonnés et chez nous. Du coup il faut que nous trouvions une autre formule.

Le contenu des boxes

C’est le truc qui nous plaisait le plus dans ces abonnements. Faire découvrir toute une année de production. Non seulement cela permet aux abonnés de goûter plein de choses et des choses qu’ils n’auraient peut-être pas achetées. Mais cela leur permet aussi de suivre notre évolution. Je dirais même nos évolutions : évolutions techniques et évolutions “philosophiques” dans l’approche de la bière et de ce que nous souhaitons proposer.

Au niveau des styles, la répartition a été assez intéressante il me semble, avec la part belle aux bières houblonnées (plus de la moitié). Un graphique vaut mieux qu’une ligne de plus 😀 (Et deux graphiques valent mieux qu’un?)

Répartition en pourcentage
Répartition par quantité pour un abonnement de 6×12 bouteilles

Parmi ces 72 bouteilles (pour un abonnement 6×12) il y eu 3 bouteilles de bières vieillies en barrique et 7 bouteilles de bières réalisées en collaboration. Au total nous avons envoyé 25 bières différentes sur l’année avec seulement 3 doublons qui correspondent à ce qui était notre gamme régulière (Origin’Ale, Intense Périgord Ale et Monkee). C’est vraiment une fierté d’avoir pu proposer autant de variétés et nos abonnés ont apprécié l’effort. Forcément il y a des déçus quand les goûts sont arrêtés (trop de brunes, pas assez d’houblonnées, trop de bières légères ou fortes, etc) mais pour le coup cela fait parti du jeu 🙂 En ce qui concerne les redondances elles me semblent hyper faibles (seulement 2 brassins – donc deux envois – de nos 3 bières de base) et si je peux comprendre la frustration de “devoir” reboire la même bière, il faut aussi avoir en tête que nous faisons sans arrêt des ajustements et des progrès sur nos bières de bases et que d’un batch à l’autre il y a toujours des variations. Le nom est le même mais le contenu diffère un peu!

Pour reparler un petit peu argent, si les abonnés 2019 avait eu à venir acheter les mêmes bières à la brasserie au fur et à mesure de leur sortie, ils auraient eu à débourser 228€70TTC pour l’abonnement 6*12 et 457,40€TTC pour le 6×24. L’abonnement le plus cher (hors remise qui nous a mis dedans :D) était à 350€TTC pour 6×24 bières livrées.

Pour 2020 se pose la question des bières barriquées. Nous avons prévu d’en sortir plus qu’en 2019 et de ce fait nous hésitons à les inclure dans l’abonnement 2020. Sur le principe, nous y tenons. Mais ce sont de fait des éditions ultra limitées de bières qui coûtent beaucoup plus cher à produire. Ce point là n’est pas encore tranché et soit nous proposerons une offre spécial barrique soit nous inclurons cette donnée dans le nouveau prix.

La communauté

Ca c’est la partie qui fait super plaisir et c’est aussi la partie sur laquelle nous devons le plus progresser. Nous prenons petit à petit conscience que ces abonnements ont commencé à fédérer un petit groupe de personne autour de notre brasserie et nous ne les avons pas assez inclus au fur et à mesure de l’année dans le process. L’idée n’est pas de faire choisir le contenu des boxes à chaque fois, mais nous pensons qu’il serait vraiment sympa d’avoir un espace commun de discussion au sujet des bières que nous partageons tous ensemble. De pouvoir expliquer ce que nous avons voulu faire d’une part et d’autre part d’avoir les feedbacks des abonnés sur nos produits, ou de voir avec eux ce qu’ils voudraient boire plus tard dans l’année. En gros aller plus loin que le minimum que nous avons eu du mal à faire cette année niveau communication. Ce qui se résumait souvent par “on avait dit livraison en septembre mais en fait ce sera octobre”. Bref, construire une petite histoire commune et partager plus. Construire une BD en mettant plus d’humain au milieu des bulles 🙂 (on la valide celle là?)

Conclusion

Bon ben on ne va pas y aller par 4 chemins. Les abonnements vous ont plu. Les abonnements nous ont plu. Donc nous allons les reproposer pour 2020. Mais nous devons ajuster quelques aspects.

Nous devons trancher sur la formule : 12 ou 24 bouteilles ou les deux.

Nous devons trancher sur le contenu : bières barriquées dans la formule de base ou une formule à part.

Nous devons trancher sur le fonctionnement : toujours 4 bières minimum? on supprime la contrainte de temps? on garde la même chose en expliquant mieux que le calendrier est à titre indicatif mais que l’idée c’est de suivre (au sens large) la vie de la brasserie et que de ce fait les envois ne sont pas forcément réguliers?

Nous devons ajuster les tarifs pour nous y retrouver tout en proposant une offre attractive.

Voilà le travail qu’il nous reste à faire! Prochain article pour expliquer et détailler les nouvelles formules d’abonnements 🙂 N’hésitez pas à réagir dans les commentaires, nous finalisons l’offre ce weekend!

2 commentaires sur « Retour sur la campagne d’abonnement 2019 »

  • Super ! Merci pour ces explications très claires, très précises et très franches. On en avait parlé au BLF mais je perçois encore mieux les aléas que vous avez rencontré et l’aspect économiquement peu intéressant de l’entreprise. Mais en effet, sur le plan de la communauté, ça a été un succès. Pour ma part, ne trouvant pas vos bières près de chez moi et étant accro aux barriques, je serais malheureux de ne pas pouvoir les découvrir. Donc une offre spéciale pour ces bières là, ça m’arrangerait bien. Bref, on en est au début d’une aventure commune et tous ensemble on peut continuer un bon bout de chemin donc trouvons les solutions pour qu’on soit tous gagnants ! Bises et merci pour ce feedback super intéressant !

  • Peut-être que cette remise a rendu l’opération peu rentable pour vous sur cette édition, mais je pense qu’il faut le prendre comme un coût de comm, parce qu’en ce qui me concerne c’est peut-être ce qui m’a fait m’abonner à une brasserie dont j’avais juste vaguement entendu parler. Et même si la réduction n’est pas reconduite maintenant je connais vos produits, et c’est pour ça que je vais sans doute me réabonner !
    Concernant la variété des bières, même si je suis ravi de goûter plein de trucs, avoir 3×4 bières plutôt que 4×3 bière m’irait bien aussi. Il y a des exemplaires que j’ai pu à peine goûter parce que ma chérie m’a tout bu… S’il y a des bières dont le coût de production est plus élevé et que fournir 4 exemplaires paraît compliqué par contre, ça me paraît pas dingue de “combler” en mettant 6 quilles d’une même variété, moins onéreuse. ‘fin il y a un équilibre à trouver là dedans !
    Et les bières barriquées, je pense qu’on est nombreux à vouloir les goûter !

    Merci pour ces retours et bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.